Birmanie, fin de dictature


a documentary film : Birmanie, fin de dictature
Director : Michaelle Gagnet
Author : Michaelle Gagnet
Length : 53 '
Year : 2015
Producer : Emmanuel Leconte

Abstract

Birmanie : fin de dictature ?

Quatre ans après l’autodissolution de la junte, où va aujourd’hui la Birmanie ? Qu’en est-il de cette démocratie balbutiante ? En 2011, le président Thein Sein a troqué son costume de général pour un trois pièces, des prisonniers politiques ont été libérés, la censure s’est relâchée, des dizaines de nouveaux quotidiens ont été créés. Des élections partielles, en avril 2012, ont permis à la Prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi, privée de liberté pendant 15 ans,  de devenir députée. Les pays occidentaux, Etats Unis et Union Européenne ont levé les sanctions économiques  et aujourd'hui la Birmanie est de retour sur la scène internationale, drapée de ses nouvelles valeurs ;

Est-on en train d’assister, depuis quatre ans, à une forme rare de démocratisation par le haut, sans révolte ni révolution ? Ou bien les avancées récentes et partielles en matière de droits de l’homme et de citoyenneté politique constituent elles une façade destinée à masquer la mue tactique d’un régime aussi habile qu’autoritaire ? Car cette ouverture birmane soudaine est singulière. Elle  a été  décidée, programmée par les militaires au pouvoir. Une armée qui a imposé elle-même, selon son propre calendrier, l’idée d’une « démocratie disciplinée et florissante».

Ce film est une immersion au cœur de cette transition birmane si particulière.  Pour tenter de comprendre cette révolution nous avons obtenu l’autorisation exceptionnelle d’interroger des acteurs de premiers plans, ceux-là même qui ont conduit et planifié  le changement : U SCHWE MAN, le numéro deux du régime et président du parlement, U SOE THANE,  le conseiller le plus proche du président mais aussi Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix, icone de la démocratie  qui nous a accordé une interview exclusive. En 2015, son parti, la Ligue nationale pour la Démocratie a de grandes chances de  remporter les élections mais aujourd’hui les ex généraux au pouvoir lui interdisent de briguer la magistrature suprême. Dans la nouvelle capitale, à Naypyitaw,  ce documentaire nous transporte au cœur du pouvoir birman. Un pouvoir encore largement dominé  par l’armée à l’image du parlement : 25% des sièges sont réservés aux militaires. Tout comme l’économie qui reste entre les mains d’hommes d’affaires proches du pouvoir.

Notre enquête nous a également conduits à Mektila, au nord du pays, là où les tensions religieuses entre bouddhistes et musulmans  ont fait des dizaines de morts en 2013. Car depuis l’ouverture, un regain de nationalisme et de xénophobie se fait sentir en Birmanie. Une haine attisée par des moines bouddhistes radicaux qui gagnent en influence.  Figure de proue de ce mouvement ultra nationaliste : U WIRATHU, surnommé le « Ben Laden birman ». Nous l’avons rencontré.

 

« Birmanie, fin de dictature ? », une enquête au cœur de ce grand barnum post dictatorial.